Tania Mouraud

biographie

Dès la fin des années soixante, le travail de Tania Mouraud s’est inscrit dans une pratique questionnant les rapports de l’art et des liens sociaux en utilisant différents médium : peinture, installation, photo, son, vidéo, performance, etc.

Elle propose de rajouter dans nos appartements standards une chambre de méditation (1968). Elle affiche dans l’espace public sur les panneaux 3 x 4 m son désaccord avec une société glorifiant l’avoir au dépend de l’humain (1977). Elle réfléchit sur les rapports décoratifs de l’art et de la guerre, sur les limites de la perception avec l’aide de l’écriture en créant des « mots de forme »(1989). À partir de 1998, elle utilise la photo, la vidéo et le son dans une forte relation à la peinture pour questionner différents aspects de l’histoire et du vivant.

Pour toute question sur l’acquisition d’une oeuvre de Tania Mouraud, contactez-nous.

évènements

Chronologie

2015

Exposition : Rétrospective au Centre Pompidou qui éditera une monographie de l’artiste.

2014

Exposition AD NAUSEAM : Installation en collaboration avec l’IRCAM au MAC/VAL.

2002

Fondation du groupe d’expérimentation sonore UNITÉ DE PRODUCTION : Avec Cyprien Dedeurwaeder, Ruben Garcia, Pierre Petit, Marie-Odile Sambourg, Sylvain Souque et Baptiste Vanweydeveldt.

1977

CITY PERFORMANCE N°1 : Elle investit pour la première fois l’espace public avec City Performance n°1. Le mot « NI » est déployé sur 54 panneaux publicitaires dans le Nord-Est Parisien.

1968

PERFORMANCE : Elle brûle la totalité de ses tableaux dans la cour de l’hôpital de Villejuif. À partir de cette date, elle réalise les Initiations Rooms ou Chambres de méditation, pour une exploration psycho-sensorielle de l’espace.

1960

Ses débuts : Après une éducation en Angleterre, Tania Mouraud rentre en France et effectue plusieurs séjours en Angleterre et en Allemagne. Elle découvre John Cage, les actions du groupe Fluxus, Joseph Beuys, le jazz et débute la peinture.

1942

Naissance à Paris : Fille de Marcel Mouraud, avocat, collectionneur et résistant, et de Martine Sersiron, écrivaine, journaliste, femme d’affaires et résistante.